Le titre est de loin la plus importante des métadonnées et ce qu’il y a de plus important pour votre vidéo (juste après le contenu de la vidéo lui-même, bien sûr). Je continue à m’inspirer dans ce post des deux articles de ReelSEO : http://www.reelseo.com/metadata-in-video-seo/ et http://www.reelseo.com/metadata-in-video-seo-2/

Le 1er article fait une excellente analyse d’une vidéo parodie de Kesha, avec en particulier l’impact du choix du titre :

  1. sur le référencement de la vidéo : choix qui doit permettre d’être bien positionné sur les recherches de mots-clés populaires au moment de la sortie de la vidéo, ce qui était le cas pour cette vidéo sortie.
  2. sur le taux de clics sur la vidéo : quand votre vidéo ressort sur une page YouTube (page de recherche, page d’accueil, colonne des vidéos similaires), la seule chose que voient les internautes, c’est le titre et la vignette.

Dans la série des conseils donnés par Reel SEO et s’inspirant beaucoup du « YouTube Playbook » (voir documents de référence), un autre article parfois un peu répétitif mais qui donne vraiment un coup d’œil complet sur l’utilisation des annotations sur YouTube.

http://www.reelseo.com/using-youtube-annotations/

 

4 étapes pour l’utilisation des annotations (voir YouTube Playbook for Media Companies Guide)

1. Apprendre à créer des annotations

Simple à faire avec l’interface YouTube. Voir sur l'article de ReelSEO, bas de page, pour deux tutoriels vidéos (en anglais).

2. Rajouter des annotations aux nouveaux uploads après publication

Utiliser les annotations avec des liens dedans pour faire agir les internautes, en particulier pour faire des « like », mettre la vidéo dans les favoris, ou encore partager les vidéos. Ne pas en créer trop ou créer des annotations qui puissent distraire l’internaute. Et ne le faire qu’en fonction de l’audience et du contenu.

 

De l’importance des sous-titres, même pour des vidéos en anglais : 60% de l’audience a comme langue préférée une langue autre que l’anglais :

http://gigaom.com/video/youtube-global-language-stats/

http://www.reelseo.com/youtube-views-from-non-english-speakers/

Ceci ne signifie pas que 60% de l’audience ne comprend pas l’anglais (on est peut-être plutôt à 20%)... ET cela ne signifie pas non plus que 60% des revenus YouTube viennent de pays autres que de pays anglophones comme US, UK, Canada, parce que beaucoup de pays non anglophones rapportent beaucoup moins que les pays anglophones. Mais c’est une indication sur le poids relatif des audiences dans le monde.

Cela dit, cela vaut toujours le coup de faire des sous-titres en anglais pour des vidéos qui ne sont pas en anglais : car la part des audiences qui ne comprend pas le français est plus proche de 95% des audiences, et ceux qui ne comprennent pas l’italien est proche de 97%.

Nous utilisons des Cookies afin d’optimiser votre expérience utilisateur. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de Cookies.